Forum de Création pour Warhammer Battle

Ce site vous permet de créer toutes unités, livres d'armées, personnages etc... pour Warhammer Battle et d'en discuter ensemble.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les griffes de glace

Aller en bas 
AuteurMessage
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Les griffes de glace   Mar 12 Juin - 8:25

Voilà, l'histoire de scorpion m'a tellement motivé que j'ai décidé d'écrire moi même un récit au sujet des trolls, histoire de remplir un peu cette section...à vous de juger, ensuite. alien


Attention, c'est un peu long(enfin, je l'ai rédigé en moins de deux heures...)

Les griffes de glace

Les griffes de glace

Kormin Dh'aermon, appuyé sur le manche de sa draïch plantée dans le sol, observait nonchalamment le paysage. Ces landes désolées, enchevêtrement de collines rocailleuses recouvertes d'un manteau de bruyère couleur rouille, ne ressemblaient en rien aux montagnes escarpées et aux sombres forêts de conifères de sa terre natale. Il se tourna vers le site de débarquement. Quatre galères élancées aux voiles noires mouillaient près de la côté, et des marins s’affairaient sur la plage, débarquant l’équipement tandis que les esclaves, pourtant épuisés par plusieurs semaines passées à ramer dans la cale des navires, dressaient des tentes et construisaient un remblais pour sécuriser le campement : la surveillance de quelques corsaires munis de fouets qu’ils n’hésitaient pas à utiliser les empêchait de tirer au flanc.

Kormin sentit un sentiment d’orgueil l’envahir. Cette flotte, ces guerriers et ces esclaves, tout cela lui appartenait. Décidemment, il avait bien fait d’accélerer quelque peu le décès de son père, atteint d’une étrange maladie...c’était si facile : quelques gouttes de poison dans son repas, et voilà qu’il était désormais le plus jeune seigneur Druchii de la cité de Karond Kar. Il ne lui manquait plus que la gloire et l’expérience militaire pour s’imposer comme tel. C’est pour cela qu’il avait organisé cette expédition. « Toute la côte septentrionale de l’Empire des Hommes tremblera bientôt au son de mon nom – se dit-il. Tout de même, quelle idée géniale d’avoir décidé d’établir un campement ici, dans ces terres situées à égale distance de Norsca et de l’Empire...Et dire qu’aucun de mes congénères n’y a jamais pensé ! En établissant une base ici, je pourrai lancer quatre raids en autant de temps qu’il leur en faut pour traverser l’Ocean. En quelques années, je deviendrai le noble le plus riche et le plus craint de Karond Kar...Et ensuite, qui sait...peut-être que le Roi Sorcier lui-même me désignera comme chef de l’une de ses armées.... »

Perdu dans ses rêveries, Kormin ne remarqua pas un misérable esclave qui titubait sous le poids d'un pieu de défense énorme . Celui-ci percuta le noble qui perdit à son tour l’équilibre et s’affala sur le sol. Furieux, l’elfe noir se releva et abattit sa draïch sur le malheureux qui s’écroula dans une mare de sang. Une mine de dégoût sur les lèvres, il s’éloigna du cadavre pour reprendre son observation des environs.

Soudain, des tâches sombres à quelques centaines de mètres plus loin sur la plage, attirèrent son attention. Il crut d’abord qu’il s’agissait des représentants d’une espèce d’humains encore plus primitive que les autres ; cependant en regardant plus attentivement il se rendit compte de son erreur. Kormin n’avait jamais vu pareilles créatures auparavant. Il fit un geste de la main, et observa avec satisfaction plusieurs combattants accourir à lui. Chacun de ces hommes pouvait le battre sans difficulté en combat singulier ; et pourtant ils lui obéissaient tous avec servilité.
-Que désirez-vous, seigneur ? – demanda l’un d’entre eux, un vétéran de la garde personnelle de son père.
-Voyez ces créatures, là-bas - Kormin désigna la direction - quelqu’un d’entre vous en a-t-il déjà vu ?
Le vétéran acquiesça. –Il s’agit de trolls, monseigneur. Difficile à cette distance de dire de quelle espèce il s’agit.
-Des trolls, tu dis ? Hum. – le noble elfe noir était dévoré par la curiosité – Eh bien, ces spécimens ont leur place dans ma ménagerie, m’est avis. Prends quelques guerriers et ramène moi ces trolls. Emporte des filets, je les veux vivants.
-Mais, monseigneur..., commença le guerrier.
-Quoi ? Tu oses discuter mes ordres ? Exécution ! – hurla Kormin. « Il ne faut pas les laisser un instant imaginer que je manque d’autorité. Pas un instant. » - pensa-t-il.
Il observa les préparatifs, mais au moment où le groupe était sur le point de quitter le campement en construction, changea brusquement d’avis.
-Attendez. Je viens avec vous. Rien de tel qu’un bon combat pour se dégourdir après un long voyage...
Il fixa le fourreau de sa draïch dans son dos et se mit en route avec les autres.

Les elfes noirs franchirent les quelques centaines de mètres qui les séparaient de leurs cibles en quelques minutes seulement. Lorsqu’ils furent parvenus à la distance d’un tir de javelot, Kormin fit signe aux autres de s’arrêter et contempla les trolls. Rarement il eut la malchance de voir des créatures aussi repoussantes. Elles étaient au nombre de cinq. Environ deux fois plus grands et au moins quatre fois plus corpulents qu’un homme, recouverts d’une peau grisâtre et rugueuse, répandant une odeur insupportable, les trolls rôdaient sans but apparent. De leurs gueules entrouvertes laissant voir des dents acérées et jaunies s’échappaient des filets de bave nauséabonde. Le plus gros spécimen serrait dans sa main un gros tronc pourri et rongé par les vers, qu’il avait dû ramasser sur le rivage.

-On les encercle et on leurs immobilise avec nos filets, seigneur ? – demanda Alizzar, le plus talentueux des corsaires de la troupe de Kormin.
-Quoi ? – le noble s’esclaffa – ces bêtes sont incapables de nous opposer la moindre résistance ! Je n’ai jamais vu de créatures plus stupides ! Chaaaaargez ! – vociféra-t-il et s'élança vers l’adversaire, dégainant sa draïch qui coulissa hors du fourreau avec un bruissement à peine perceptible. Il fut suivi par ses soldats.

Deux des trolls ne semblèrent pas se préoccuper de l’attaque et demeurèrent comme ils étaient, le regard perdu dans le vague. Mais les autres créatures se tournèrent en direction des intrus. Le chef, si c’en était un, leva sa massue improvisée et fit de grands moulinets au dessus de sa tête. Un autre troll émit brusquement un long râle perçant. Enfin, le dernier s’élança vers l’ennemi, s’appuyant sur ses bras démesurés pour se déplacer plus rapidement...

Le choc fut terrible. Le plus gros des trolls abattit son arme sur l’elfe noir le plus proche. Celui-ci tenta de se protéger avec son bouclier, mais le coup le pulvérisa. Le guerrier s’écroula sur le sol et son adversaire se mit à marteler sauvagement le corps inerte.
-Occupez-vous des autres ! Je prends celui-là ! – hurla Kormin et s’élança sur le monstre. Il évita sans peine le coup de son adversaire, plongea sous son bras et se redressa derrière son dos. Le troll s’était arrêté de frapper et dévisageait les environs en se demandant où était passé son ennemi. La draïch s'enfonça dans son dos, transperçant la peau dure comme de la pierre. Le Druchii retira l’arme et un flot de sang noir jaillit à gros bouillons de la blessure. Mais le troll ne broncha pas. Sa plaie profonde se refermait à vue d’oeil, et quelques secondes plus tard, il n’en restait plus qu’une cicatrice blanchâtre. Le troll émit un hurlement féroce et se retourna vers Kormin. D’un coup, il projeta sur le sol l’elfe noir, encore sous le choc de ce qu’il venait de voir. La draïch vola au loin. Puis il leva sa massue. Kormin se roula en boule, peut-être dans l’espoir fou de survivre à ce coup terrible. Mais le coup ne vint pas. Etrangement, le troll semblait avoir soudainement oublié ce qu’il faisait là. Il laissa tomber son arme, enjamba le Druchii recroquevillé et s’eloigna, abandonnant le combat. Il n’eut que le temps de faire quelques pas avant que la draïch ne s’abatte de nouveau sur lui. Cette fois le coup fut fatal, et le corps décapité du monstre s'effondra, agité de convulsions.

Kormin jeta un coup d’oeuil circulaire. Ses camarades semblaient mal en point. Les trolls se débattaient sauvagement. Leurs griffes acérées transperçaient sans peine les cottes de mailles elfes, et leurs coups de poings faisaient perdre l’équilibre aux plus résistants des guerriers. Un lancier jeta son bouclier brisé et tenta de parer les coups avec son arme ; mais le troll qu’il combattait mordit violemment la hampe, la réduisant en charpie avant de faire de même avec la tête de l’elfe noir...Alizzar se battait seul contre le deuxième troll : ceux qui avaient voulu l’aider étaient morts ou se tordaient de douleur sur la grève, gravement blessés. Le corsaire parvenait à éviter toutes les attaques en tournoyant autour du monstre et abattait sur lui une avalanche de coups, tentant de toucher les points faibles, car ses poignards n’avaient aucune chance de percer la peau épaisse de la bête. Il avait déjà crevé un oeil et tranché un tendon du troll, qui commençait à faiblir. Kormin voulut porter assistance à son serviteur, mais à ce moment la créature émit un gargouillis immonde, ouvrit largement sa gueule et vomit une gerbe de liquide jaunâtre et visqueux sur Alizzar, qui ne put l’éviter et tomba en poussant d’affreux hurlements alors que la peau de ses mains et de son visage se désagrégeait en fumant. Ebranlé par la vision d’une mort aussi horrible, Kormin ne put s’empêcher d’ordonner la retraite et les elfes noirs s’enfuirent vers le campement.

La défaite était totale. Sur les treize combattants qui participèrent à l’incursion, seuls cinq revinrent en vie ; les autres, tués ou gravement blessés, ont été abandonnés sur le champ de bataille et Kormin pouvait voir les trolls ramasser et emporter leurs corps, probablement pour les dévorer goulûment. Son prestige autant que sa confiance en soi en avaient pris un coup, et il commença à se demander s’il n’y avait pas une raison, autre que la stupidité des commandants, pour expliquer le fait que jamais les elfes noirs ne se soient durablement établis dans cette région que d’aucuns surnommaient le Pays des Trolls...


EDIT: je tiens à préciser que ce n'est pas fini et qu'il y aura une suite! cyclops Ben oui il faut bien remplir la section! lol!


Dernière édition par le Mar 12 Juin - 13:59, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scorpion



Nombre de messages : 255
Age : 25
Localisation : Dans le Monde( suisse, Ollon)
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Mar 12 Juin - 8:54

J'adore je me rejoui de lire la suite. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.warhammer-forum.com/index.php?showtopic=92133
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 369
Localisation : Proche Arras (62)
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Mar 12 Juin - 11:04

Beau recit et bravo cheers .

Pour moi, cette section attendra, enfin du moins jusqu'au 21 juin Razz

Bon, mon esprit tordu n'a pas pu s'empecher de remarquer qq petites erreurs sans réelle importance. Au passage Kormin est trop banal pour un EN, ça me fait tt de suite penser a Sombracier Razz ...

Citation :
En quelques années, je deviendrai le plus riche et le plus craint noble de Karond Kar...

Mieux vaut mettre "je deviendrai le noble le plus riche et le plus craint de Karond Kar".

Citation :
Tout de même, quelle idée géniale d’avoir décidé d’établir un campement ici, dans ces terres situées à égale distance de Norsca et de l’Empire...Et dire qu’aucun de mes congénères n’y a jamais pensé !

J'aime pas trop ce tcho passage lol! . L'idée est nécessaire pour la suite mais essaie de reformuler ...


Citation :
Kormin ne remarqua pas un esclave qui portait une poutre, et celui-ci le heurtra, le faisant tomber sur le sol.

"Ne remarqua pas le misérable corps qui titubait vers lui sous le poids d'un enorme pieu de défense. Celui ci percuta le Druchii qui perdit à son tour équilibre."

Citation :
-Des trolls, tu dis ?

"Dis tu ?"

[quote]ces spécimens ont leur place dans ma ménagerie, m’est avis[quote]

Bestiaire fait mieux je trouve ... et on dit pas m'est d'avis ? Je suis pô sur hein.

Citation :
qu’il a dû ramasser sur le rivage.

Avait du ...

Citation :
La draïch vola au loin.

Sa draïch

Citation :
Il avait déjà crevé un oeuil


oeil

Citation :
ne sont sont durablement établis dans cette région que d’aucuns surnommaient le Pays des Trolls...

ne se soient durablement ...


Bojn comme tu peux le voir il s'agit de qq reformulations et autres petites erreurs d'inattention. J'ai hate de lire la suite, et j'espere vraiment que d'autres internautes vont nous rejoindre ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-creation.kanak.fr
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Mar 12 Juin - 11:26

Aaaah, des commentaires constructifs et détaillés....quel plaisir.... Cool Cool Cool Je saute de joie bounce rabbit

Citation :
Pour moi, cette section attendra, enfin du moins jusqu'au 21 juin

Oral de bac << ? Faudrait que je me mette aussi à réviser ces fichus textes.... affraid

Citation :
Au passage Kormin est trop banal pour un EN, ça me fait tt de suite penser a Sombracier

Quoi il existe vraiment ce mec? Ca me disait qque chose mais je croyais que c'était juste un pseudo que j'ai vu sur un forum lol...
Mais bon j'aime bien ce nom(surtout prononcé à l'elfe noire, kOr-minne king ) donc tant pis maintenant, il y a bien dans notre monde des milliers de gens qui s'appellent Alexandre ou Pierre et personne ne s'en plaint... drunken On va dire que c'est un nom répandu.

Citation :
J'aime pas trop ce tcho passage

Pourrais tu dire en quoi te gène-t-il plus précisément? Parce que moi je ne vois rien de gênant...

Citation :

Bestiaire fait mieux je trouve ... et on dit pas m'est d'avis ? Je suis pô sur hein.

Pour moi "bestiaire" c'est d'abord un livre qui décrit des animaux...donc je préfère ménagerie. Razz

Citation :
"Ne remarqua pas le misérable corps qui titubait vers lui sous le poids d'un enorme pieu de défense. Celui ci percuta le Druchii qui perdit à son tour équilibre."

Excellent! J'édite! clown

Sinon ok pour les fautes de temps, j'aurais du faire plus attention. Je corrige ça.
Quant à "oeil" c'est mon grand ennemi, quelque soit la manière dont je l'écris, mon correcteur orthographique dit que c'est faux. Du coup ça fait des années que je ne connais pas sa véritable orthographe GRR!

En tt cas merci pour tes remarques, je vais écrire la suite aujourd'hui ou bien demain sans doute.

EDIT: en fait non pour la Draich, parce que sinon ça serait celle du troll...n'importe quoi! elephant
Quant à "dis-tu", c'est vrai que c'est plus soutenu mais comme c'est du langage parlé, je préfère garder comme tel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 369
Localisation : Proche Arras (62)
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Jeu 14 Juin - 2:55

Citation :
Oral de bac << ?

Ouaip Razz ... affraid No

[quote]Quoi il existe vraiment ce mec? Ca me disait qque chose mais je croyais que c'était juste un pseudo que j'ai vu sur un forum lol...
[quote]

Je l'ai deja vu dans des recits mais p-e pas officiels, et ce Sombracier est bien le Kormin de Warfo. Mais bon c'est vrai que ça doit etre répandu chez eux ...


Citation :
Pourrais tu dire en quoi te gène-t-il plus précisément? Parce que moi je ne vois rien de gênant...

ça fait un peu trop ... infatin a mon gout Laughing . Mais bon on va dire que Kormin est encore jeune Wink


Citation :
Pour moi "bestiaire" c'est d'abord un livre qui décrit des animaux...donc je préfère ménagerie.

C'est vrai que bestiaire veut dire livre, donc ménagerie c'est bon.


Citation :
en fait non pour la Draich, parce que sinon ça serait celle du troll...n'importe quoi!

Ben si pig . Comme tu parles de l'elfe juste avant qui se fait expulser ...

" L’elfe noir, encore sous le choc de ce qu’il venait de voir, fut d'un coup projeté en lair et retomba lourdement au sol. Sa draïch vola au loin. Puis la créature leva sa massue. "

Enfin bon c'est un détail ...

Citation :
Quant à "dis-tu", c'est vrai que c'est plus soutenu mais comme c'est du langage parlé, je préfère garder comme tel...

Moui mais c'est un elfe, et noble qui plus est ... donc je verrais plus dis tu. Il doit etre irréprochable devant ses subordonnés, et mieux parler qu'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-creation.kanak.fr
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Jeu 14 Juin - 9:12

Citation :
Je l'ai deja vu dans des recits mais p-e pas officiels, et ce Sombracier est bien le Kormin de Warfo.

Si c'est juste un gars sur un forum, ça va aller je pense. Il n'a pas le copyright pour ce nom!

Citation :
ça fait un peu trop ... infatin a mon gout Laughing . Mais bon on va dire que Kormin est encore jeune Wink

lol c'est l'effet recherché! Il est débile, il n'a pas compris que si les autres ne se sont jamais établis dans ces lieux, c'est qu'il y une raison à cela...Je voulais montrer qu'il est puérilement imbu de soi, tout fier de son idée "géniale".

Citation :
" L’elfe noir, encore sous le choc de ce qu’il venait de voir, fut d'un coup projeté en lair et retomba lourdement au sol. Sa draïch vola au loin. Puis la créature leva sa massue. "

Ca c'est ta reformulation...mon texte ne dit pas ça! Razz Razz Mais peu importe de tt façon, comme tu dis...je vais m'atteler à la rédaction de la suite! king
Citation :

Moui mais c'est un elfe, et noble qui plus est ... donc je verrais plus dis tu. Il doit etre irréprochable devant ses subordonnés, et mieux parler qu'eux.

Bon, moi ça me gène pas mais si tu insistes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scorpion



Nombre de messages : 255
Age : 25
Localisation : Dans le Monde( suisse, Ollon)
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Jeu 14 Juin - 13:06

C'est pour quand la suite. Je m'endors Sleep
C'est pas ton texte qui m'endort( enfin je crois pas Razz )c'est d'attendre la suite.bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.warhammer-forum.com/index.php?showtopic=92133
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Jeu 14 Juin - 13:21

Dsl scorpion, je manque de temps(plein d'activités déjà...) je vais essayer de publier la suite ce soir quand même! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scorpion



Nombre de messages : 255
Age : 25
Localisation : Dans le Monde( suisse, Ollon)
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Jeu 14 Juin - 13:44

je suis impatiant alors, mais ne bacle pas sa serait dommage pour ton texte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.warhammer-forum.com/index.php?showtopic=92133
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Ven 15 Juin - 13:49

Bon, j'ai fini, avec un peu de retard:

Démoralisé par le combat, Kormin s’en fut dans sa tente, précisant qu’il ne souhaitait pas être dérangé. Il se jeta sur son lit de camp qui grinça sous son poids et enfouit sa tête dans l’oreiller. Le jeune noble arrogant et parricide était au bord des larmes alors que son plan conçu des années auparavant et depuis incessamment retouché et amélioré, plan qu’il considérait depuis longtemps comme parfait et imparable, montrait des signes évidents de faiblesse. Ses guerriers, qu’il croyait invincibles, lui paraissaient maintenant faibles, incompétents et surtout très peu nombreux : que pouvait-il bien espérer de la soixantaine de combattants qui formaient son corps expéditionnaire, si trois misérables trolls se révélaient être une menace redoutable ? Plus d’une fois, il fut tenté de sortir pour donner l’ordre de retourner à Naggaroth, mais finissait par se retenir. Il comprenait que se montrer à ses troupes dans cet état revenait à perdre tout le respect qu’il avait réussi à leur imposer jusqu’à présent. « Que faire ? » – se demandait-il avec désespoir. Pour la première fois depuis des années, il avait conscience de son manque d’expérience, et il n’avait personne à qui se confier ou à qui demander conseil...
Plongé dans ses réflexions maussades, Kormin resta dans sa tente pendant le reste de la journée et finit par sombrer dans un sommeil lourd et sans rêves au moment où le soleil nordique, bien avare de chaleur, plongeait à l’horizon dans les eaux froides de la Mer des Griffes.

En l’absence de Kormin, c’est son lieutenant, Nhaerion Dh’aermon, son cousin éloigné issu d’une branche cadette de la famille, qui prit le commandement. Cependant, la construction du camp fortifié fut considérablement ralentie par des problèmes inattendus. La terre du Pays des Trolls, meuble et rocailleuse, se révéla pratiquement impropre pour bâtir des fortifications. Malgré tous leurs efforts et les menaces de leurs maitres, les esclaves ne parvinrent qu’à creuser un fossé étroit et peu profond autour du campement ; le remblai, friable et facile à escalader, n’offrait guère de protection. Une rangée de pieux installés à de larges intervalles sur le remblai tenait lieu de palissade : il n’y avait pas le moindre arbre à perte de vue et comme Nhaerion n’osait envoyer une équipe d’éclaireurs dans le dédale des collines, de peur de la condamner à une fin atroce, les elfes noires durent se contenter du peu de matériel qu’ils avaient transporté depuis Naggaroth.

Au coucher du soleil, le lieutenant effectua une revue des troupes et des fortifications. « Pitoyable - pensa-t-il. – Pourvu que nous ne soyons pas attaqués cette nuit, ce serait un massacre ! ». Il ordonna aux corsaires de tenir leurs vaisseaux prêts à appareiller à tout moment et disposa de nombreuses sentinelles sur le remblai, puis, incapable de trouver le sommeil, il rejoignit un poste de garde et scruta les ténèbres qui s’épaississaient...

Kormin se réveilla en sursaut. Son page, un jeune Druchii nommé Kazéos, agitait son bras. La peur se lisait sur son visage enfantin.
-Monseigneur, monseigneur ! – geignait-il – Réveillez-vous, nous sommes attaqués !
-Quoi ? Attaqués ? Par qui ? – hurla Kormin, se levant brusquement et cherchant sa draich dans la pénombre de la tente. Mais son serviteur fut incapable de lui fournir une réponse intelligible. Excédé, Kormin le gifla violemment et sortit.

Le campement était aussi agité qu’une fourmilière. Kormin faillit être percuté par un corsaire qui courait vers le remblai, les bras chargés de torches. Le noble tenta de poser des questions, mais personne ne semblait le remarquer. Certains tentaient frénétiquement d’enfiler leur armure, d’autres sellaient les chevaux, d’autres encore chargeaient des caisses de matériel dans les barques, sur le rivage. Finalement, Kormin repéra Nhaerion, qui se tenait, immobile, au centre de ce chaos. Il courut le rejoindre.
-Nhaerion ! Que se passe-t-il ? Personne n’est au courant de rien.
Son interlocuteur eut un sourire fugace.
-Nous sommes attaqués par des trolls, Kormin. Beaucoup de trolls...
-Quoi ?! Mais...qu’attends-tu pour rassembler tous nos guerriers sur les remparts ? Nous devons les repousser !
Nhaerion affichait désormais clairement un rictus narquois.
-Je...ne crois pas que cette solution soit la meilleure, - répondit-il d’un ton doucereux. – Si nous combattons, nous mourrons tous, cher frère, l’ennemi est bien trop nombreux...Mais les trolls craignent le feu, une dizaine d’hommes avec des torches en abondance suffira à les retenir...assez longtemps pour que nous puissions tous embarquer.
Kormin était sidéré par une telle audace.
-Comment oses-tu discuter mes ordres, misérable lâche ? Exécution ! – grogna-t-il.
Mais son lieutenant n’avait pas l’air impressionné.
-Cher frère...tu devrais écouter mon conseil- reprit-il de son ton détaché – autrement, je crains que je ne saurais être tenu responsable des actions de mes hommes...Et certains sont prompts à tirer leur lame du fourreau, dit-on...
Cette fois, c’était une menace directe. Kormin frémit en se rendant compte que l’insurréction aurait pu réussir, si Nhaerion aurait agi au lieu de le narguer. « Le tuer sur le champ ou le faire arrêter pour l’executer demain, devant tous les autres ? » - se demanda-t-il en saisissant le manche de sa draïch. Ce mouvement n’échappa pas à Nhaerion qui éclata de rire :
-Je ne saurais que trop te conseiller d’éviter toute violence superflue, ou bien...
Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase. Un rocher aussi grand qu’une tête de cheval, propulsé dans les airs par une force inconnue, décrivit un large arc de cercle et le frappa en plein torse. Dans un gémissement, Nhaerion s’écroula, écrasé par le poids du projectile. Kormin, dont le dilemme était ainsi résolu, remercia Khaine en abrégeant les souffrances de son lieutenant d’un coup rapide de draich. Mais soudain, un autre rocher s’écrasa près de lui, et lorsqu’il leva les yeux, il en aperçut de nombreux autres, qui fusaient vers le campement. L’un d’entre eux écrasa une tente, un autre pulvérisa une pile de caisses, un autre encore tomba dans l’eau, soulevant une gerbe d’eau à quelques mètres de l’un des navires.
Kormin était abasourdi. Comment était-ce possible ? Les trolls ne pouvaient pas posséder de catapultes ! Il courut vers le remblai et l’escalada rapidement, puis se redressa pour lancer un coup d’oeil sur les collines environnantes. Et le spectacle qui s’offrit à sa vue le pétrifia d’horreur.

Des trolls. Partout, des trolls. Il y en avait des dizaines, non, des centaines ! Le campement était entièrement encerclé. D’un côté, il y avait la mer, et de tous les autres, une masse compacte de trolls. Il y en avait de toutes tailles et de toutes formes. Tous s’agitaient, brandissaient des armes improvisées ou grognaient sourdement. Certains ramassaient d’immenses rochers sur les pentes des collines pour les projeter en direction du campement. Mais ils semblaient attendre quelque chose, peut-être un signal pour passer à l’assaut.

Et ce signal vint. Une plainte aiguë et discordante s’élèva vers le ciel ; et au même moment, au centre de la formation des trolls, en face du portail du campement, un gigantesque feu s’embrasa, illuminant les alentours de ses reflets rougeâtres. Des formes sombres tournoyaient autour du feu, et il semblait grossir à chaque instant. Les rangs des trolls s’ouvrirent alors, et la plus horrifiante créature qu’il a jamais été donné de voir à Kormin apparut.
C’était un troll gigantesque, presque deux fois plus grand que ceux que le noble elfe noir avait combattu. Sa peau était d’un blanc immaculé, et une aura bleutée semblait en émaner. Mais le plus effrayant, c’étaient ses griffes. Aussi longues qu’un bras d’homme, aussi tranchantes qu’une épée, elles rayonnaient dans les ténèbres d’un éclat pur et et éblouissant. A l’évidence, une magie puissante habitait ce monstre. Le dernier espoir que Kormin gardait encore l’abandonna. Il tourna les talons et s’enfuit vers la plage au moment même où les trolls se jetaient à l’assaut, conduits par leur terrible seigneur...

Kormin essayait de rassembler ses soldats, mais personne ne l’écoutait. Le camp était plongé dans le chaos le plus total. Les premiers trolls apparurent sur le remblai. Les quelques Druchiis qui eurent la folie d’essayer de les repousser moururent presque instantanément. Les faibles défenses ne firent que ralentir l’avancée des monstres. Les trolls, arrivant en masse, sautaient par dessus le fossé ou l’enjambaient, ceux qui y étaient tombés étaient immédiatement piétinés et servaient de passerelle pour ceux qui les suivaient. Une fois en haut du remblai, la plupart d’entre eux contournèrent simplement les pieux de défense ; d’autres les arrachèrent sauvagement du sol pour les projeter au loin ; enfin, certains s’empalèrent dessus avant de continuer à avancer comme si de rien n’était.
Le grand troll blanc arriva majestueusement devant le portail. Il leva ses griffes puis les abattit violemment. Les portes volèrent en éclat, et une vague de trolls déferla dans le campement.

Les elfes noirs tentaient d’atteindre les galères, leur ultime espoir de survie, certains à la nage, d’autres à bord de barques. Kormin s’affairait sur la rive, distribuant des ordres que personne n’executait et tentant vainement de transformer la fuite en une retraite stratégique...ce fut en pure perte : soudain, un groupe de trolls particulièrement repoussants, semblables à d’immenses crapauds trapus et recouverts d’un pelage sombre d’aspect graisseux. Sans se préoccuper de leurs semblables, il atteignirent rapidement la plage et se jetèrent à l’eau. Contrairement à ce que leur aspect pouvait laisser croire, ils se déplaçaient sous l’eau avec vitesse et agilité. En quelques minutes seulement ils atteignirent les navires, et bientôt des hurlements s’en élevèrent alors que le carnage commençait. C’était la fin.

Kormin cherchait désespérément un moyen de s’échapper de ce campement devenu un piège mortel. Désormais il ne pouvait plus compter sur le soutien de ses hommes. Chacun tentait de sauver sa propre peau. Soudain, il aperçut un cavalier noir qui menait par la bride son coursier, probablement dans le but de s’enfuir par voie de terre. Le noble s’en approcha.
-C’est un miracle que tu aies pu garder ton cheval en vie, soldat. Grâce à toi nous avons une chance de survivre !
L’homme le dévisagea avec étonnement, puis grogna sauvagement et tira une dague de sa botte...mais Kormin fut plus rapide. La draich siffla et la tête du guerrier Druchii roula dans la poussière. Le noble sauta prestement en selle et galopa à travers le campement que les trolls avaient entrepris de dévaster, sans doute à la recherche de nourriture. Il avait pratiquement atteint le portail lorsque sa route fut barrée par d’étranges créatures minuscules qui poussaient des cris stridents. Avant même que Kormin puisse réagir, elles le chargèrent. Son cheval poussa un hénissement et s’écroula, proprement déchiqueté. Ecrasé par son poids, Kormin tentait encore de se débattre avec sa dague, mais ses adversaires étaient trop nombreux.
« Vaincu par la créature la plus insignifiante qui soit » - eut-il encore le temps de se dire avant de sombrer dans l’inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Ven 15 Juin - 14:43

Attention je tiens à préciser que je vais encore remanier ce texte, ce n'est pas sa version définitive!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scorpion



Nombre de messages : 255
Age : 25
Localisation : Dans le Monde( suisse, Ollon)
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Sam 16 Juin - 3:33

J'aime bien mais il me semble que les elfes noire son tout le temps bien organisé est qu'il ne fuie pas en désorde. Enfin moi je fuirais face à un troll.Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.warhammer-forum.com/index.php?showtopic=92133
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 369
Localisation : Proche Arras (62)
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Sam 16 Juin - 4:09

Petit détail qui me titille : meme si les trolls ont l'ai bien stupides, ils n'en restent pas moins des adversaires qui provoquent la peur, gros, qui puent silent , et qui font mal. Tjrs est il que le chef EN est certes arrogant, mais de la à les prendre pour des snolts alien ...


Citation :
soudain, un groupe de trolls particulièrement repoussants, semblables à d’immenses crapauds trapus et recouverts d’un pelage sombre d’aspect graisseux.

Faut trouver un verbe genre apparurent.

C'est quoi le gros troll blanc ? Un enorme Troll ? Pourquoi il était blanc ? Pourquoi une magie semblait l'habitait ? J'ai plein d'autres questions mais j'attends de savoir ce que c'était Arrow ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-creation.kanak.fr
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Sam 16 Juin - 5:01

Citation :
Faut trouver un verbe genre apparurent.

Beuh, j'ai carrément zappé le verbe quoi...honte à moi! No No

Citation :

Petit détail qui me titille : meme si les trolls ont l'ai bien stupides, ils n'en restent pas moins des adversaires qui provoquent la peur, gros, qui puent , et qui font mal.

La débâcle de l'ost des Druchii ne te semble-t-elle pas une preuve suffisante de la puissance des trolls? Wink

Citation :
Tjrs est il que le chef EN est certes arrogant, mais de la à les prendre pour des snolts

Hum, tu fais référence à l'essaim de Marmots Trolls qui tuèrent Kormin? A mon avis ils ne sont ni particulièrement gros ni effrayants, mais parviennent tout de même à venir à bout d'un noble elfe noir qui a passé sa vie à s'entrainer au combat...(d'ailleurs l'histoire montre bien sa maitrise de la Draich non? Twisted Evil )

Citation :
C'est quoi le gros troll blanc ? Un enorme Troll ? Pourquoi il était blanc ? Pourquoi une magie semblait l'habitait ? J'ai plein d'autres questions mais j'attends de savoir ce que c'était

Effectivement il s'agit d'un Enorme Troll comme le texte le précise. Pour les autres questions, hé bien les réponses seront peut-être fournies dans une éventuelle suite(je réfléchis actuellement au bien-fondé de cette dernière étant donné que le protagoniste est mort...)
rabbit

Citation :

J'aime bien mais il me semble que les elfes noire son tout le temps bien organisé est qu'il ne fuie pas en désorde. Enfin moi je fuirais face à un troll.

Hé bien...les trolls sont en supériorité numérique(plusieurs centaines contre 60 elfes noirs), provoquent la peur et gagnent le combat. Et que se passe-t-il, d'après les règles de Warhammer, dans cette situation?

Hé bien le perdant fuit automatiquement! pig
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scorpion



Nombre de messages : 255
Age : 25
Localisation : Dans le Monde( suisse, Ollon)
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Sam 16 Juin - 5:10

Mais le titre
Citation :
[url=Livre-d-Armee-Trolls-c1/Art-Troll-f2/Les-griffes-de-glace-t45.htm]Les griffes de glace[/url]
c'est quoi le rapport avec le texte.Razz
Car en général le titre d'une histoire est en rapport avec son contenu. Non
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.warhammer-forum.com/index.php?showtopic=92133
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Sam 16 Juin - 5:20

Ben c'est évident non? Le gros troll blanc, ses griffes-> griffes de glace.
D'un autre côté c'est vrai que ça n'apparait pas très clairement. Je vais pe modifier le texte pour mieux mettre les griffes en valeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 369
Localisation : Proche Arras (62)
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Sam 16 Juin - 9:02

Citation :
Petit détail qui me titille : meme si les trolls ont l'ai bien stupides, ils n'en restent pas moins des adversaires qui provoquent la peur, gros, qui puent , et qui font mal. Tjrs est il que le chef EN est certes arrogant, mais de la à les prendre pour des snolts ...

Je parlais de l'arrogance de Kormin, pas des marmots ni rien. Qd il traite les trolls avant de les combattre ... ben meme en étant arrogant, tu dois avoir assez les boules face a plusieurs trolls pour au moins ne pas les rabaisser ainsi.


Citation :
Hé bien...les trolls sont en supériorité numérique(plusieurs centaines contre 60 elfes noirs), provoquent la peur et gagnent le combat. Et que se passe-t-il, d'après les règles de Warhammer, dans cette situation?

D'ailleurs plusieurs centaines de Trolls faut pas pousser affraid

Euh pour moi, meme si je peux pas du tt etre précis car on ne connais pas réellement les populations du monde de WB, ben y a a peine 1000 trolls en tt et pour tout dans le PT. La plusieurs centaines heu je trouve ça bien trop. Deja 10-15 trolls c'est a peu pres aussi fort que 60 EN avec boss, et en plus je vois aps du tt une tribut qui en compte autant !

Pour moi c'est des dizaines de tributs de 30 trolls max (en gros une armée pour WB).


Citation :
Ben c'est évident non? Le gros troll blanc, ses griffes-> griffes de glace.
D'un autre côté c'est vrai que ça n'apparait pas très clairement. Je vais pe modifier le texte pour mieux mettre les griffes en valeur...

Z'avais pas compirs nn plus. Je pensais que c'était a cause du climat t'as vu Laughing

Pour lénorme troll ben oui j'aimerai une réponse dans la suite ou la correction, rien que la magie qui l'habite est bizarre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-creation.kanak.fr
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Sam 16 Juin - 10:42

Citation :

Je parlais de l'arrogance de Kormin, pas des marmots ni rien. Qd il traite les trolls avant de les combattre ... ben meme en étant arrogant, tu dois avoir assez les boules face a plusieurs trolls pour au moins ne pas les rabaisser ainsi.

A quel moment? Honnêtement j'avoue que je ne comprends pas à quoi tu fais référence. No Avant le premier combat contre les trolls, il ne connait pas leur puissance et il est confiant. Lorsqu'il observe l'armée des trolls qui se rassemble, il a peur et s'enfuit...

Quant à la discussion avec Nhaerion, hé bien au début il est effrayé, mais pense que la décision adéquate est de combattre...ce ne qu'après avoir lui-même vu l'ennemi qu'il comprend qu'il n'a aucune chance.

Citation :
Euh pour moi, meme si je peux pas du tt etre précis car on ne connais pas réellement les populations du monde de WB, ben y a a peine 1000 trolls en tt et pour tout dans le PT. La plusieurs centaines heu je trouve ça bien trop. Deja 10-15 trolls c'est a peu pres aussi fort que 60 EN avec boss, et en plus je vois aps du tt une tribut qui en compte autant !

Autant je suis plus ou moins d'accord en ce qui concerne la taille de la tribu, autant 1000 trolls dans tout le pays des trolls c'est vraiment peu! Moi je vois facilement un chiffre supérieur d'un ordre de grandeur.
Nous n'avons pas d'informations concernant le monde de WB mais on peut se reporter à l'Histoire.
A l'époque du paléolithique, le territoire de la France était occupé par 50000 personnes. C'est le maximum pour un territoire de cette taille qu'on peut nourrir grâce à la chasse. Comme les trolls sont au même niveau technologique que les hommes de Cro-Magnon ça peut déjà donner un ordre de grandeur. Les trolls sont plus gros mais peuvent bouffer n'importe quoi donc on peut dire que ça égalise leurs besoins.
En outre un nombre aussi réduit que 1000 est quand même super génant, ça fait vraiment la race la moins nombreuse de Warhammer etc...et comment expliquer que Kislev ne les a pas encore tués s'ils sont si peu nombreux? 1000 trolls, on peut tuer ça en une campagne vu que l'Empire et le Kislev peuvent lever des armées de plusieurs dizaines de milliers de soldats...

Pour la tribu oui, je suis aussi d'accord que la plupart sont composées de quelques dizaines d'individus, mais là c'est spécial, parce que le chef est un troll exceptionnel, peu à peu plein de trolls ont rallié son armée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 369
Localisation : Proche Arras (62)
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Sam 16 Juin - 12:28

Citation :
-Quoi ? – le noble s’esclaffa – ces bêtes sont incapables de nous opposer la moindre résistance ! Je n’ai jamais vu de créatures plus stupides ! Chaaaaargez !

C'est la. Il a beau ne pas connaitre leur puissance et etre tres arrogant, de telles creatures ne peuvent que foutre les boules. P-e qu'il a en fait les boules mais ne veut pas le montrer, si c'est le cas exprime le plus précisemment.


Citation :
A l'époque du paléolithique, le territoire de la France était occupé par 50000 personnes. Moi je vois facilement un chiffre supérieur d'un ordre de grandeur.

1000 trolls, meme si j'ai dit que c'était approximatif, ben je trouve pas ça génant. Historiquement Kislev et co n'ont pas trop a se plaindre des trolls, et bien plus des maraudeurs, HB, oriqes, guerriers du chaos et autres gobs. Donc je vois pas trop leur interet a rassembler une armée si grosse, si couteuse, et qui perdra tant de membres pour éradiquer les dits trolls, sachant au passage qu'ils ne pourront pas penetrer tres loin dans le PT sans tous crever, et ce bien avant d'avoir tué ces 1000 trolls.
Le descriptif du pays des trolls dit que les trolls des rivières par ex sont assze peu nombreux, donc bon limite ton gros boss a rassembler une grosse tribut (et non armée Wink ) de plusieurs centaines de gus, mais c'est un gros pourcentage de la race AMHA. Au fait en effet je trouve que les trolls doivent etre une des races les moins peuplés de WB.
Crois tu que les minos pullulent ?

Enfin 10000 trolls c'est énorme !

Citation :
on peut tuer ça en une campagne vu que l'Empire et le Kislev peuvent lever des armées de plusieurs dizaines de milliers de soldats...

Euh faut pas croire qu'ils fassent ça comme ça ! Ils ont réussi a l'arrache (pas Kislev d'ailleurs mais l'Empire) a rassembler plein de gus en alliant toutes les provinces. La on parle que du PT pas de tous les trolls de WB en +. Apres qd on voit qu'un troll vaut environ 8 humains, ben tu vois rapidment que c'est bien trop, en tt cas pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-creation.kanak.fr
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Sam 16 Juin - 14:18

Citation :
C'est la. Il a beau ne pas connaitre leur puissance et etre tres arrogant, de telles creatures ne peuvent que foutre les boules. P-e qu'il a en fait les boules mais ne veut pas le montrer, si c'est le cas exprime le plus précisemment.

Non il n'a pas peur à ce moment. Les trolls n'ont pas l'air dangereux, et il est confiant. Il a réussi son test de Commandement. Wink

Citation :
Le descriptif du pays des trolls dit que les trolls des rivières par ex sont assze peu nombreux, donc bon limite ton gros boss a rassembler une grosse tribut (et non armée Wink ) de plusieurs centaines de gus, mais c'est un gros pourcentage de la race AMHA. Au fait en effet je trouve que les trolls doivent etre une des races les moins peuplés de WB

Oui mais "assez peu nombreux" est relatif...comparément à tous les autres trolls sans doute, mais pas en termes absolus...

Citation :
bon limite ton gros boss a rassembler une grosse tribut (et non armée Wink ) de plusieurs centaines de gus, mais c'est un gros pourcentage de la race AMHA.

Ben à la limite cette armée de quelques 200 trolls pourrait représenter 1% des trolls, mais guère plus, et encore...tout simplement il ne parviendrait jamais à en rassembler un gros pourcentage vu que pour cela il devrait passer le PT au crible fin pour rameuter tout le monde...et il est trop bête pour cela! scratch

Non mais de tt façon 1000, c'est vraiment peu. Même 10000 c'est limite pour ce qui concerne la reproduction...et comme ils sont tout le temps en guerre ils seraient éradiqués depuis longtemps! La mort d'un seul troll menacerait l'avenir de l'espèce entière! Non sérieusement là ça ne va pas. Si on prend ton idée, à laquelle j'adhère, qu'ils se balladent par bandes de 30, ça voudrait dire quoi? Il y a 30 bandes de trolls dans le pays des trolls? Et pourquoi on l'appelle pays des trolls alors et pas, je sais pas, pays des renards bycéphales? Parce que comme ça, ce n'est que par une chance inouïe que quelqu'un pourrait jamais apercevoir une bande de trolls tellement ils sont rares! Ca n'a plus aucune cohérence en termes de jeu, aussi. Tu perds une bataille, hop 1/30 de l'espèce troll vient d'être exterminée, super! flower Ben très rapidement il n'en resterait plus un seul...

Les minotaures sont sensiblement moins nombreux que les trolls à mon avis, mais même le nombre des minotaures dépasse largement 1000 individus. Autrement, pareil, depuis longtemps il n'en aurait plus, tout simplement.

Citation :

Euh faut pas croire qu'ils fassent ça comme ça ! Ils ont réussi a l'arrache (pas Kislev d'ailleurs mais l'Empire) a rassembler plein de gus en alliant toutes les provinces.

Les tailles des armées ne sont jamais mentionnées mais au XViéme siècle l'Empire germanique pouvait lever approximativement 50000 hommes. Dans l'Empire de WB, le féodalisme gène beaucoup et chaque comte se bat pour sa province et ne veut pas aider les autres, ou alors les aide en prenant son temps...mais ils sont largement capables de lever une ost de la même taille s'ils font un effort. Maintenant tu as visé juste, personne ne le ferait, l'effort, pour de simples trolls. Mais n'empêche que cela signifie qu'un joueur de l'Empire ne se pose pas de question, il perd dans une bataille 50 hommes peut-être, mais ce n'est même pas un dixmillième de la population de l'Empire. Contrairement aux trolls dans ta conception...
Citation :

Apres qd on voit qu'un troll vaut environ 8 humains, ben tu vois rapidment que c'est bien trop, en tt cas pour moi.

Pourquoi 8 en fait? Wink Mais bon de tt façon 8 humains ok, ensuite quand tu sais que pour chaque troll tu n'as pas 8 mais 1000 humains(d'après ta vision des choses encore une fois...), en ne comptant que l'Empire en plus, ben tout d'un coup c'est moins impressionnant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 369
Localisation : Proche Arras (62)
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Dim 17 Juin - 9:47

Citation :
Non il n'a pas peur à ce moment. Les trolls n'ont pas l'air dangereux, et il est confiant. Il a réussi son test de Commandement.

Ah d'accord ils n'ont pas l'air dangereux ...


Citation :
Non mais de tt façon 1000, c'est vraiment peu. Même 10000 c'est limite pour ce qui concerne la reproduction...et comme ils sont tout le temps en guerre ils seraient éradiqués depuis longtemps! La mort d'un seul troll menacerait l'avenir de l'espèce entière! Non sérieusement là ça ne va pas. Si on prend ton idée, à laquelle j'adhère, qu'ils se balladent par bandes de 30, ça voudrait dire quoi? Il y a 30 bandes de trolls dans le pays des trolls? Et pourquoi on l'appelle pays des trolls alors et pas, je sais pas, pays des renards bycéphales? Parce que comme ça, ce n'est que par une chance inouïe que quelqu'un pourrait jamais apercevoir une bande de trolls tellement ils sont rares! Ca n'a plus aucune cohérence en termes de jeu, aussi. Tu perds une bataille, hop 1/30 de l'espèce troll vient d'être exterminée, super! Ben très rapidement il n'en resterait plus un seul...

bon alors voila mon idée du PT :

- un gd territoire certes mais des conditions de vie difiiciles, rien qu'au niveau bouffe. De plsu on consate que l'Empire (basé sur le Ru et la Bretonnie sur la Fr) est bien plus gd que le dit PT ...

- chaque tribut doit avoir un gd espace, un territoire qui lui est propre.Les trolls, aussi stupide que tu les imagines, ont un pif pour sentir leurs proies, donc ils entrent la présence d'autres tributs. Donc pour moi trop de tributs = ils s'entretuent.

- les trolls de pierre vivant souvent dans les montagnes. L'article sur le PT assure qu'ils sont les plus nombreux en ce PT, or comme il y a peu de monatgnes sur la carte qu'ils ont gentillement dessinée, ben ils sont pas des masses non plus. Donc si le type de trolls le plus représenté n'est pas en abondance, ben les autres encore pire.

- les autres créatures sont peu nombreuses en terme de races mais pullulent en terme d'individus. On ne nomme par copntre pas ce pays "des renards bicéphales", car meme si ils sont bien plus nompbreux que les Trolls, ils n'ont aucun interet et ne sont pas tres dangereux. Ce nom depend du nombre mais surtt de la puissance des créatures, et les trolls ont un bon score au deux combinés.

- on ne sait rien de la reproduction des trolls, ni meme si il naissent par reproduction, donc autant ne pas en parler albino

- on peut pas dire que la mort d'un troll est quotidienne en fait. Bon deja meme si ils étaient 2000 dans le PT la mort d'un des leurs est loin d'etre un pb, mais surtt peu de trolls meurent chaque année. Nos récits font p-e crever 20 trolls en tt (je me suis pas amusé a compter), mais c'est énorme a ça a du se passer sur plusieurs années.

- a ton avis pk il a t il dans WB si peu d'histoires sur le PT et les Trolls en général (l'auteur de l'article n'a pas trouvé d'autres infos dans la Bibliotheque Impériale) ? Ben parce qu'en fait les trolls restent chez eux, détruisent tres rarement un village ou autre et crévent rarement. Ils sont rarement aperçus car personne n'a vraiment d'interet a passer par le PT. Le peu de récits n'est pas du tt du a la rareté des trolls, mais a la rareté des gens qui vont dans leur pays.

- le PT est ue étendue desertique, donc on peut voir tres loin les différentes tributs, qui de + bougent régulièrement. Un voyage dans un tel pays n'est pas rapide et meme avec 30 tributs, y a de gdes chances pour qu'ils tombent sur l'une d'elles.

- j'avais préciser que je ne saurais pas tres précis, mais meme si jusqu'a 5000 trolls gd max reste possible pour moi, les 20000 trolls que tu concedes me paraissent totalement démesurés.

- dans Félix et Gotrek, qd uils affrontent le Gros Trolls du chaos, ben ils traversent une partie du PT sans en rencontrer eux, sauf ce gros monstre. Donc y en a pas tant que ça selon les concepteurs.

- les batailles de 30 trolls sont encore plus rares. Cela voudrait dire q'une armée humaine a été envoyé dans le PT ... pour quoi donc ? ça arrvie de tps en tps pour diverses raisons n'ayant pas les trolls comme base, mais ça reste rares. De plus souvent les hommes se font massacrer, d'ou le peu de récits. Comme dit dans l'article les trolls sont le + souvent juste aperçus ...

- les minautores dans le PT, largement plus de 1000 également ? Oulala ... deja dans les forets de l'Empire y ait loin d'en avoir autant, mais alors dans le PT. Tu sais en fait niveau background, dans WB les batailles livrées par les humains sont rares. Vois la chronologie de l'Empire, les guerres sont largement espacées. De memes, Boris Todbringer, réputé pour ses nombreuses attaques sur les HB, n'en a en fait fait que "plusieurs", donc faut pas croire que chaque jour des centaines de gars crévent dans le vieux monde.
Tt ça pour dire que les mminos ne meurent pas par poignées, ils sont rares (comme ans les armées de Battle), qui plus est dans le PT.

Je pense que tu veux trop équilibrer les races au niveau de l'effectif. Les trolls sont peu nombreux, c'est un fait, sinon on en parlerait beaucoup plus.
Oui l'Empire peut lever une armée de p-e 50000 gus, mais justement, comme un troll (en terme de jeu) vaut environ 8 gars de l'Empire, ben ça ferait que 6000 trolls peuvent les vaincre. Crois tu vraiment que si les humains rassemblent leurs armées ben l'ensemble des trolls gagnent qd meme ? Pas moi. Franchement 20000 de ces créatures dans ce territoire c'est de la surpopulation vu leur mode de vie et de nutrition ! affraid



Bon voila je me suis entrainé a l'argumentation Razz , mais je crois que rien n'y changera, donc comme on peut avoir tous les deux raisons, ben attendons des sources plus officielles qui confirment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-creation.kanak.fr
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Dim 17 Juin - 10:47

Citation :
Bon voila je me suis entrainé a l'argumentation , mais je crois que rien n'y changera, donc comme on peut avoir tous les deux raisons, ben attendons des sources plus officielles qui confirment.

Oui on n'a qu'à laisser tomber. C'est plus simple. cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cadwallader

avatar

Nombre de messages : 53
Age : 35
Localisation : Nomade...
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Mar 19 Juin - 4:40

Joli récit!

Pour la population, je verrais quand même ça au dessus de 1000.
Comparez avec les Ogres : Ils vivent dans des Montagnes avec probablement un peu plus de gibier que dans le Pays Troll, mais ils partagent leur habitat avec des millions de Gnoblars! Et ce sont des ventres! OK, leur Pays est plus grand, mais quand même...
Pour comparer la taille du pays, on peut faire le rapprochement avec les Elfes Sylvains : Le Pays Troll fait 3 ou 4 fois la forêt d'Athel Loren. Vous croyez qu'il n'y a que 300 ES? Ils auraient vite disparu si c'était le cas...
De même, vous croyez vraiment que les Trolls manquent de nourriture? Entre les HB en maraude, les Villages Kislevites, les Maraudeurs Nordiques, et toute la faune du Pays Troll (renards bicephales inclus tongue ), Ils ont de quoi bouffer!

De plus, il ne faut pas oublier que les Trolls ne meurent pas facilement : Il arrive souvent, comme dans ce récit, qu'un Troll soit terrassé, décapité, etc... OK, il est mort... Pour le moment! Rien ne dit que c'est définitif! Il est tout à fait envisageable que, quelques heures ou jours après, une nouvelle tête repousse, aussi vide que la précédente! Faut vraiment trancher le Troll en rondelles pour être sûr qu'il ne revienne pas... Et ça, ça n'arrive pas souvent.

Enfin, s'ils sont si peu nombreux, comment expliquer qu'il y ait autant de marmots?

Non, je vois plus la population du Pays Troll aux alentours des 10 ou 20000, sachant de plus qu'ils ne s'arrêtent pas aux frontières du Pays Troll : Il y en a en Norsca, il y en a dans les montagnes du bord du monde, il y en dans Kislev,... Et ils bougent souvent! La population change constamment, car des Trolls entrent et sortent du Pays Troll, attaquant ce qu'ils trouvent, que ce soient des Nordiques, des Kislevites, ou même des Elfes Noirs stupides... Razz
Le Pays Troll est nommé ainsi car c'est là qu'il y en a la plus grande concentration, mais il y en a bien d'autres ailleurs... C'est un peu comme les Orcs, il y en a un peu partout...

Concernant Kislev, je ne pense pas qu'ils considèrent le pays troll comme un problème négligeable. Les Trolls en maraude doivent être une vraie menace, et s'ils ne règlent pas le problème une bonne fois pour tout, c'est sans doute pour 2 raisons :
1) Ils n'en ont pas les moyens. Même avec l'aide des armées de l'empire, je ne suis vraiment pas sûr qu'ils arrieraient à purger le pays troll, car c'est un terrain de combat qui leur est peu propice, mais que les Trolls gèrent sans souci, en revanche...
2) Ils n'y ont pas forcément intérêt, car même si les Trolls sont une menace pour le Nord de Kislev, ils sont aussi un obstacle de taille pour toute invasion du Chaos venant du Nord... Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Jeu 28 Juin - 14:49

Une version revue et corrigée, si quelqu'un est encore intéressé. J'ai ajouté un peu plus sur les trolls, mais dans la mesure du possible.

Les griffes de glace

Kormin Dh'aermon, appuyé sur le manche de sa draïch plantée dans le sol, observait nonchalamment le paysage. Ces landes désolées, enchevêtrement de collines rocailleuses recouvertes d'un manteau de bruyère couleur rouille, ne ressemblaient en rien aux montagnes escarpées et aux sombres forêts de conifères de sa terre natale. Il se tourna vers le site de débarquement. Quatre galères élancées aux voiles noires mouillaient près de la côté, et des marins s’affairaient sur la plage, débarquant l’équipement tandis que les esclaves, pourtant épuisés par plusieurs semaines passées à ramer dans la cale des navires, dressaient des tentes et construisaient un remblais pour sécuriser le campement : la surveillance de quelques corsaires munis de fouets qu’ils n’hésitaient pas à utiliser les empêchait de tirer au flanc.

Kormin sentit un sentiment d’orgueil l’envahir. Cette flotte, ces guerriers et ces esclaves, tout cela lui appartenait. Décidemment, il avait bien fait d’accélerer quelque peu le décès de son père, atteint d’une étrange maladie...c’était si facile : quelques gouttes de poison dans son repas, et voilà qu’il était désormais le plus jeune seigneur Druchii de la cité de Karond Kar. Il ne lui manquait plus que la gloire et l’expérience militaire pour s’imposer comme tel, et il allait les acquérir dans cette expédition. « Toute la côté septentrionale de l’Empire des Hommes tremblera bientôt au son de mon nom – se dit-il. Tout de même, quelle idée géniale d’avoir décidé d’établir un campement ici, dans ces terres situées à égale distance de Norsca et de l’Empire...Et dire qu’aucun de mes congénères n’y a jamais pensé ! A partir de la base que j’édifierai ici, je pourrai lancer quatre raids en autant de temps qu’il leur en faut pour traverser l’Ocean. En quelques années, je deviendrai le noble le plus riche et le plus craint de Karond Kar...Et ensuite, qui sait...peut-être que le Roi Sorcier lui-même me désignera comme chef de l’une de ses armées.... »

Perdu dans ses rêveries, Kormin ne remarqua pas un misérable esclave qui titubait sous le poids d'un pieu de défense énorme . Celui-ci percuta le noble qui perdit à son tour l’équilibre et s’affala sur le sol. Furieux, l’elfe noir se releva et abattit sa draïch sur le malheureux qui s’écroula dans une mare de sang. Une mine de dégoût sur les lèvres, il s’éloigna du cadavre pour reprendre son observation des environs, pour chasser de son esprit cet évenement désagréable.

Soudain, des tâches sombres à quelques centaines de mètres plus loin sur la plage, attirèrent son attention. Il crut d’abord qu’il s’agissait des représentants d’une espèce d’humains particulièrement primitive ; cependant en regardant plus attentivement il se rendit compte de son erreur. Kormin n’avait jamais vu pareilles créatures auparavant. Il fit un geste de la main, et observa avec satisfaction plusieurs combattants accourir à lui. Chacun de ces hommes pouvait le battre sans difficulté en combat singulier ; et pourtant ils lui obéissaient tous avec servilité.
-Que désirez-vous, seigneur ? – demanda l’un d’entre eux, un vétéran de la garde personnelle de son père.
-Voyez ces créatures, là-bas - Kormin désigna la direction - quelqu’un d’entre vous en a-t-il déjà vu ?
Le vétéran acquiesça. –Il s’agit de trolls, monseigneur. Difficile à cette distance de dire de quelle espèce il s’agit.
-Des trolls, dis-tu ? Hum. – le noble elfe noir avait entendu parler de ces créatures, mais les imaginait bien différentes. Dévoré par la curiosité, il refréna toutefois fermement l’envie de questionner le soldat – Eh bien, ces spécimens ont leur place dans ma ménagerie, m’est avis. Prends quelques guerriers et ramène moi ces trolls. Emporte des filets, je les veux vivants.
-Mais, monseigneur..., commença le guerrier.
-Quoi ? Tu oses discuter mes ordres ? Exécution ! – hurla Kormin. « Il ne faut pas les laisser un instant imaginer que je manque d’autorité. Pas un instant. » - pensa-t-il.
Il observa les préparatifs, mais au moment où le groupe était sur le point de quitter le campement en construction, ne put s’empêcher de le rejoindre.
-Attendez. Je viens avec vous. Rien de tel qu’un bon combat pour se dégourdir après un long voyage...
Un silence gêné s’installa. Kormin, se maudissant de ne pas avoir pris la bonne décision tout de suite, fixa maladroitement le fourreau de sa draich dans son dos, puis, sentant les regards des autres posés sur lui, leur intima l’ordre d’avancer d’un ton agacé avant de leur emboiter le pas.

Les elfes noirs franchirent rapidement les quelques centaines de mètres qui les séparaient de leurs cibles. Kormin se rejouissait de l’occasion qui se présentait de montrer ses talents de bretteur, mais ne pouvait s’empêcher de remarquer l’inquiétude qui se lisait sur les visages de ces vétérans endurcis qui ont pourtant passé leur vie à combattre. Il fut tenté de leur remonter le moral avec quelques encouragements, mais finit par se dire qu’il valait mieux garder une distance entre lui et ses hommes. Lorsqu’ils furent parvenus à la distance d’un tir de javelot, Kormin fit signe aux autres de s’arrêter et contempla les trolls. Rarement il eut la malchance de voir des créatures aussi repoussantes. Elles étaient au nombre de cinq. Environ deux fois plus grands et au moins quatre fois plus corpulents qu’un homme, recouverts d’une peau grisâtre et rugueuse, répandant une odeur insupportable, les trolls rôdaient sans but apparent. De leurs gueules entrouvertes laissant voir des dents acérées et jaunies s’échappaient des filets de bave nauséabonde. Le plus gros spécimen serrait dans sa main un gros tronc pourri et rongé par les vers, qu’il avait dû ramasser sur le rivage.

-On les encercle et on leurs immobilise avec nos filets, seigneur ? – demanda Alissar, la plus fine lame des troupes de la maison Dh’aermon. Kormin eut une grimace. Il détestait ce corsaire, mais savait qu’il était bien plus expérimenté que lui. Cependant, il ne pouvait tolérer une telle suffisance de sa part : voilà qu’il se mettait à prendre les décisions !
-Quoi ? – le noble s’esclaffa, profitant de l’occasion pour tourner Alissar en ridicule – ces bêtes sont incapables de nous opposer la moindre résistance ! Je n’ai jamais vu de créatures plus stupides ! Chaaaaargez ! – cria-t-il et courut vers l’adversaire, dégainant sa draïch qui coulissa hors du fourreau avec un bruissement à peine perceptible. Ses soldats le suivirent.

Deux des trolls ne semblèrent pas se préoccuper de l’attaque et demeurèrent comme ils étaient, le regard perdu dans le vague. Mais les autres créatures se tournèrent en direction des intrus. Le chef, si c’en était un, leva sa massue improvisée et fit de grands moulinets au dessus de sa tête. Un autre troll émit brusquement un long râle perçant. Enfin, le dernier s’élança vers l’ennemi, s’appuyant sur ses bras démesurés pour se déplacer plus rapidement...

Le choc fut terrible. Le plus gros des trolls abattit son arme sur l’elfe noir le plus proche. Celui-ci tenta de se protéger avec son bouclier que le coup pulvérisa. Le guerrier s’écroula sur le sol et son adversaire se mit à marteler sauvagement le corps inerte.
-Occupez-vous des autres ! Je prends celui-là ! – hurla Kormin et s’élança sur le monstre. Il évita sans peine le coup de son adversaire, plongea sous son bras et se redressa derrière son dos. Le troll s’était arrêté de frapper et dévisageait les environs en se demandant où était passé son ennemi. La draïch s'enfonça dans son dos, transperçant la peau dure comme de la pierre. Le Druchii retira l’arme et un flot de sang noir jaillit à gros bouillons de la blessure. Mais le troll ne broncha pas. Sa plaie profonde se refermait à vue d’oeil, et quelques secondes plus tard, il n’en restait plus qu’une cicatrice blanchâtre. Le troll émit un hurlement féroce et se retourna vers Kormin. D’un coup, il projeta sur le sol l’elfe noir encore sous le choc de ce qu’il venait de voir. La draïch vola au loin. Puis il leva la massue. Kormin se roula en boule, dans l’espoir fou de survivre à ce coup terrible. Mais le coup ne vint pas. Etrangement, le troll semblait avoir soudainement oublié ce qu’il faisait là. Il laissa tomber son arme, enjamba le Druchii recroquevillé et s’eloigna, abandonnant le combat. Il n’eut que le temps de faire quelques pas avant que la draïch ne s’abatte de nouveau sur lui. Cette fois le coup fut fatal, et le corps décapité du monstre s'effondra, agité de convulsions.

Kormin jeta un coup d’oeuil circulaire. Ses camarades semblaient mal en point. Les trolls se débattaient sauvagement. Leurs griffes acérées transperçaient sans peine les cottes de mailles des elfes, et leurs coups de poings faisaient perdre l’équilibre aux plus résistants des guerriers. Un lancier jeta son bouclier brisé et essaya de parer les coups avec son arme ; mais le troll qu’il combattait mordit violemment la hampe, la réduisant en charpie avant de faire de même avec la tête de l’elfe noir...Alissar se battait seul contre le deuxième troll : ceux qui avaient tenté de l’aider étaient morts ou se tordaient de douleur sur la grève, gravement blessés. Le corsaire parvenait à éviter toutes les attaques en tournoyant autour du monstre et abattait sur lui une avalanche de coups, tentant de toucher les points faibles, car ses poignards n’avaient aucune chance de percer la peau épaisse de la bête. Il avait déjà crevé un oeil et tranché un tendon du troll, qui commençait à faiblir. Kormin eut l’intention d’intervenir afin d’achever le troll, mais à ce moment la créature émit un gargouillis immonde, ouvrit largement sa gueule et vomit une gerbe de liquide jaunâtre et visqueux sur Alizzar, qui ne put l’éviter et tomba en poussant d’affreux hurlements alors que la peau de ses mains et de son visage se désagrégeait en fumant. Ebranlé par la vision d’une mort aussi horrible, Kormin ne put s’empêcher d’ordonner la retraite et les elfes noirs s’enfuirent vers le campement.

La défaite était totale. Sur les treize combattants qui participèrent à l’incursion, seuls cinq revinrent en vie ; les autres, tués ou gravement blessés, ont été abandonnés sur le champ de bataille et Kormin pouvait voir les trolls ramasser et emporter leurs corps, probablement pour les dévorer goulûment.

Démoralisé par le combat, il s’en fut dans sa tente, précisant qu’il ne souhaitait pas être dérangé. Il se jeta sur son lit de camp qui grinça sous son poids et enfouit sa tête dans l’oreiller, sentant qu’il était au bord des larmes. Son plan conçu des années auparavant et depuis incessamment retouché et amélioré, plan qu’il considérait depuis longtemps comme parfait et imparable, montrait des signes évidents de faiblesse. Ses guerriers, qu’il croyait invincibles, lui paraissaient maintenant faibles, incompétents et surtout très peu nombreux : que pouvait-il bien espérer de la soixantaine de combattants qui formaient son corps expéditionnaire, si trois misérables trolls se révelaient être une menace redoutable ? Il repensait avec mépris à ses rêves de gloire, qui l’obnimbulaient quelques heures auparavant encore, et il commençait à se demander s’il n’y avait pas une raison, autre que la stupidité des commandants, pour expliquer l’absence d’établissements elfes noirs dans cette contrée Plus d’une fois, il fut tenté de sortir pour donner l’ordre de retourner à Naggaroth, mais finissait par se retenir. Se montrer à ses troupes dans cet état revenait à perdre tout le respect qu’il avait réussi à leur imposer jusqu’à présent. « Que faire ? » – se demandait-il avec désespoir. Il tentait de se rememorer les enseignements de ses maitres au sujet des trolls, mais rien ne lui venait à l’esprit, à part quelques phrases éparses tirés de quelque antique bestiaire : « Le troll craint les flammes », « Grande est la force du troll, combats-le par la ruse et tu vaincras »...Ces évidences ne lui étaient d’aucune aide. Pour la première fois depuis des années, il avait conscience de son manque d’expérience, et malgré son envie dévorante de se confier ou de demander conseil, il comprenait qu’il était désormais livré à lui-même.
Plongé dans ses réfléxions maussades, Kormin demeura dans sa tente pendant le reste de la journée et finit par sombrer dans un sommeil lourd et sans rêves au moment où le soleil nordique, ne dispensant que bien peu de chaleur à cette époque de l’année, plongeait à l’horizon dans les eaux froides de la Mer des Griffes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Turgon



Nombre de messages : 331
Age : 88
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les griffes de glace   Jeu 28 Juin - 14:50

En l’absence de Kormin, c’était son lieutenant, Nhaerion Dh’aermon, son cousin éloigné issu d’une branche cadette de la famille, qui prit le commandement. Cependant, la construction du camp fortifié fut considérablement ralentie par des problèmes inattendus. La terre du Pays des Trolls, meuble et rocailleuse, se révèla pratiquement impropre pour bâtir des fortifications. Malgré tous leurs efforts et les menaces de leurs maitres, les esclaves ne parvinrent qu’à creuser un fossé étroit et peu profond autour du campement et à éléver un remblai friable et facile à escalader avec une rangée de pieux plantés à des larges intervalles en guise de palissade: il n’y avait pas le moindre arbre à perte de vue et comme Nhaerion n’osait envoyer une équipe d’éclaireurs dans le dédale des collines, de peur de la condamner à une fin atroce, les elfes noirs durent se contenter du peu de matériel qu’ils avaient transporté depuis Naggaroth.

Au coucher du soleil, le lieutenant, accompagné des autres officiers, effectua une revue des troupes et des fortifications. « C’est pure folie que d’espérer repousser ne serais-ce qu’un assaut de faible envergure avec ces défenses...pourvu que nous ne soyons pas attaqués cette nuit, ça serait un massacre. »-se dit-il amèrement avant de s’adresser au sergent des lanciers, qui avait déjà combattu dans cette contrée :
-Qu’en sais-tu des tactiques des trolls ? Sont-ils solitaires ?
-Je n’ai combattu qu’une seule fois ces créatures, et, par Khaine, cela me suffit amplement ! Nous avions jeté l’ancre dans une crique pour se ravitailler en eau, qui commençait à manquer, et nous avions bâti un petit campement sur la berge pour partir à la recherche d’eau potable...les trolls ont surgi du néant, au beau milieu de la nuit, se précipitant sur nous. Il y en avait au moins deux douzaines, mais je n’ai guère eu le temps de les compter. Nous battîmes en retraite et nous ne dûmes notre survie qu’à un repli rapide sur les navires : les trolls se mirent à dévorer leurs victimes, sans se préoccuper des survivants.
-Ont-ils subi de grandes pertes ?
-Non, messire. Je n’ai le souvenir que d’un seul troll mort, eventré par un lancier, mais il me semble bien qu’il s’était relevé ensuite, comme si de rien n’était.
Nhaerion haussa les épaules. La peur avait dû fausser les perceptions de ce guerrier. Mais le reste de son récit était vraisemblable.
-Apprêtez les navires à appareiller. Nous devons pouvoir évacuer ce fichu camp à tout moment-ordonna-t-il au chef des corsaires. Celui-ci s’executa sans discuter, mais Nhaerion remarque une lueur d’étonnement dans ses yeux. Ce n’était pas de bon augure. Le lieutenant resta quelques instants sur le remblai, puis se dirigea à pas lourds vers la tente de sa garde personelle...

Kormin se réveilla en sursaut. Son page, un jeune Druchii nommé Kazéos, agitait son bras. La peur se lisait sur son visage enfantin.
-Monseigneur, monseigneur ! – geignait-il – Réveillez-vous, nous sommes attaqués !
-Quoi ? Attaqués ? Par qui ? – hurla Kormin, se levant brusquement et cherchant sa draich dans la pénombre de la tente. Mais son serviteur fut incapable de lui fournir une réponse intelligible. Excédé, Kormin le gifla violemment et sortit.

Le campement était aussi agité qu’une fourmilière. Kormin faillit être percuté par un corsaire qui courait vers le remblai, les bras chargés de torches. Le noble tenta de poser des questions, mais personne ne semblait le remarquer. Certains tentaient frénétiquement d’enfiler leur armure, d’autres sellaient les chevaux, d’autres encore chargeaient des caisses de matériel dans les barques, sur le rivage. Finalement, Kormin repéra Nhaerion, qui se tenait, immobile, au centre de ce chaos. Il courut le rejoindre.
-Nhaerion ! Que se passe-t-il ? Personne n’est au courant de rien.
Son interlocuteur eut un sourire fugace.
-Nous sommes attaqués par des trolls, Kormin. Beaucoup de trolls...
-Quoi ?! Mais...qu’attends-tu pour rassembler tous nos guerriers sur les remparts ? Nous devons les repousser !
Nhaerion affichait désormais clairement un rictus narquois.
-Je...ne crois pas que cette solution soit la meilleure, - répondit-il d’un ton doucereux. – Si nous combattons, nous mourrons tous, cher frère, l’ennemi est bien trop nombreux...Mais les trolls craignent le feu, une dizaine d’hommes avec des torches en abondance suffira à les retenir...assez longtemps pour que nous puissions tous embarquer.
Kormin était sidéré par une telle audace.
-Comment oses-tu discuter mes ordres, misérable lâche ? Exécution ! – grogna-t-il.
Mais son lieutenant n’avait pas l’air impressionné.
-Cher frère...tu devrais écouter mon conseil- reprit-il de son ton détaché – autrement, je crains que je ne saurais être tenu responsable des actions de mes hommes...Et certains sont prompts à tirer leur lame du fourreau, dit-on...
Cette fois, c’était une menace directe. Kormin frémit en se rendant compte que l’insurréction aurait pu réussir, si Nhaerion aurait agi au lieu de le narguer. « Le tuer sur le champ ou le faire arrêter pour l’executer demain, devant tous les autres ? » - se demanda-t-il en saisissant le manche de sa draïch. Ce mouvement n’échappa pas à Nhaerion qui éclata de rire :
-Je ne saurais que trop te conseiller d’éviter toute violence superflue, ou bien...
Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase. Un rocher aussi grand qu’une tête de cheval, propulsé dans les airs par une force inconnue, décrivit un large arc de cercle et le frappa en plein torse. Dans un gémissement, Nhaerion s’écroula, écrasé par le poids du projectile. Kormin, dont le dilemme était ainsi résolu, remercia Khaine en abrégeant les souffrances de son lieutenant d’un coup rapide de draich. Soulevant un nuage de poussière, un autre rocher s’écrasa à proximité, l’empêchant de savourer la vengeance. Sonné, le noble leva les yeux, et en aperçut de nombreux autres, qui fusaient vers le campement. L’un d’entre eux écrasa une tente, un autre pulvérisa une pile de caisses, un autre encore tomba dans l’eau, soulevant une gerbe d’eau, ne ratant l’un des navires que de quelques coudées.
Kormin était abasourdi. Comment était-ce possible ? Les trolls ne pouvaient pas posséder de catapultes ! Il courut vers le remblai et l’escalada rapidement, puis se redressa pour lancer un coup d’oeil sur les collines environnantes. Et le spectacle qui s’offrit à sa vue le pétrifia d’horreur.

Des trolls. Partout, des trolls. Il y en avait des dizaines, non, des centaines ! Le campement était entièrement encerclé. D’un côté, il y avait la mer, et de tous les autres, une masse compacte de trolls. Il y en avait de toutes tailles et de toutes formes. Certains ressemblaient à ceux qu’il avait combattu : des trolls trapus, maladroits, à la peau grise et rugueuse. D’autres étaient recouverts d’une longue fourrure tachetée dont la couleur se confondait avec celle de l’environnement, les rendant difficiles à remarquer. A une extrêmité de la formation, à l’écart des autres, se tenait un groupe de trolls particulièrement affreux, arborant d’étranges mutations : certains étaient bicéphales, chez d’autres, une large bouche béante et garnie de dents acerées s’ouvrait au milieu du ventre, et presque tous arboraient des membres supplémenaires, qu’il s’agisse de pattes griffues, de tentacules ou de pinces disproportionnées. Kormin ne put supporter la vision de ces infâmes rejetons du chaos et en détourna son regard. Malgré leurs différences, les trolls semblaient agir de commun : tous s’agitaient, brandissaient des armes improvisées ou grognaient sourdement. Parfois, l’un ou l’autre ramassait un gros rocher sur la pente d’une colline, pour le projeter avec violence en direction du campement. Mais la majorité semblait attendre quelque chose, peut-être un signal pour passer à l’assaut.

Et ce signal vint. Une plainte aiguë et discordante s’élèva vers le ciel ; et au même moment, au centre de la formation des trolls, en face du portail du campement, un gigantesque feu s’embrasa, illuminant les alentours de ses reflets rougeâtres. Des formes sombres tournoyaient autour du feu, et il semblait grossir à chaque instant. Les rangs des trolls s’ouvrirent alors, et la plus horrifiante créature qu’il a jamais été donné de voir à Kormin apparut.
C’était un troll gigantesque, presque deux fois plus grand que ceux que le noble elfe noir avait combattu. Sa peau était d’un blanc immaculé, et une aura bleutée semblait en émaner. Mais c’est les griffes du monstre qui attirèrent l’attention de Kormin. Longues comme des épées et sans doute aussi tranchantes, elles rayonnaient dans les ténèbres d’un éclat pur et et éblouissant. A l’évidence, une magie puissante habitait ce monstre. Le dernier espoir que Kormin gardait encore l’abandonna. Il tourna les talons, redescendit tant bien que mal le remblai et s’enfuit en direction du rivage. Son mouvement fut suivi par nombre de ses soldats.

Le camp était plongé dans le chaos le plus total. Les beuglements sauvages des trolls et les hurlements de terreur des elfes noirs généraient un vacarme assourdissant dans lequel les ordres que Kormin vociférait passaient inaperçus. Exaspéré, il tentait en vain d’attirer l’attention de ses troupes en agitant les bras, lorsque les premiers trolls apparurent sur le remblai. Les quelques Druchiis qui eurent la folie d’essayer de les repousser moururent presque instantanement, eventrés ou projetés dans les airs. Les faibles défenses ne firent que ralentir l’avancée des monstres. Les trolls, arrivant en masse, sautaient par dessus le fossé ou l’enjambaient, ceux qui y étaient tombés étaient immédiatement piétinés et servaient de passerelle pour ceux qui les suivaient. Une fois en haut du remblai, la plupart d’entre eux contournèrent simplement les pieux de défense ; d’autres les arrachèrent sauvagement du sol pour les projeter au loin ; enfin, certains s’empalèrent dessus avant de continuer à avancer comme si de rien n’était.

A la vue de la marée des monstres qui submergeait le campement, Kormin perdit ce que lui restait de son sang-froid. Il abandonna ses tentatives d’organiser la résistance et chercha à gagner le rivage pour embarquer, lorsqu’un bruit sourd le fit se retourner. Il vit le grand troll blanc, qui se tenait devant le portail du campement, tout près. Le troll était si immense que sa tête dépassait la grossière porte faite de quelques pieux réunis par deux barres de fer. Pendant un instant, les regards de la bête et du noble Druchii se rencontrèrent. Kormin frémit d’horreur en voyant une lueur de malice briller dans les petits yeux noirs du troll. Il n’y avait là nulle trace de la stupidité pourtant caractéristique de ces créatures. Kormin se sentit brusquement faible, petit et insignifiant alors que son adversaire semblait grandir jusqu’à emplir tout son champ de vision...Soudain, le troll leva ses griffes démesurées pour les abattre sur le portail, qui vola en éclats. Comme libéré d’un enchantement, Kormin secoua la tête, puis prit les jambes à son cou tandis que les trolls déferlaient sur leurs ennemis...

Les elfes noirs encore en vie tentaient d’atteindre les galères, leur ultime espoir de survie, certains à la nage, d’autres à bord de barques. Kormin s’affairait sur la rive, distribuant des ordres que personne n’executait et essayant vainement de transformer la fuite en une retraite stratégique...ce fut en pure perte : soudain, un groupe de trolls particulièrement repoussants, semblables à d’immenses crapeaux trapus et recouverts d’un pelage sombre d’aspect graisseux firent leur apparition. Sans se préoccuper de leurs semblables, il atteignirent rapidement la plage et se jetèrent à l’eau. Contrairement à ce que leur aspect pouvait laisser croire, ils se déplacaient sous l’eau avec vitesse et agilité. En quelques minutes seulement ils atteignirent les navires, et bientôt des hurlements s’en élevèrent alors que le carnage commençait. C’était la fin.

Kormin cherchait désespérement un moyen de s’échapper de ce campement devenu un piège mortel. Désormais il ne pouvait plus compter sur le soutien de ses hommes. Chacun tentait de sauver sa propre peau. Soudain, il aperçut un cavalier noir qui menait par la bride son coursier, probablement dans le but de s’enfuir par voie de terre. Le noble s’en approcha.
-C’est un miracle que tu aies pu garder ton cheval en vie, soldat. Grâce à toi nous avons une chance de survivre !
L’homme le dévisagea avec étonnement, puis grogna sauvagement et tira une dague de sa botte...mais Kormin fut plus rapide. La draich siffla et la tête du guerrier Druchii roula dans la poussière. Le noble sauta prestement en selle et galopa à travers le campement que les trolls avaient entrepris de dévaster, sans doute à la recherche de nourriture. Il avait pratiquement atteint le portail lorsque sa route fut barrée par d’étranges créatures. Semblables à des trolls, elles n’étaient pourtant pas plus grandes qu’un gobelin et agitaient en braillant des bâtons et des caillous qui pourraient tout au plus représenter un danger pour un rat. Kormin poussa son cheval en avant, déterminé à forcer le passage en piétinant ces êtres ridicules. Mais ceux-ci se jetèrent sur lui avec violence, leurs dents et leurs griffes s’enfonçant dans la chair du coursier qui poussa un hénissement et s’écroula, écrasant son cavalier. Le noble tenta de se libérer, mais il fut attaqué de toutes parts. Quelques créatures s’accrochèrent à ses bras pour entraver ses mouvements alors que d’autres visaient sa tête non protégée ou vomissaient une substance blanchâtre qui s’inflitrait sous la cotte de maille en provoquant une souffrance horrible.
« Vaincu par la créature la plus insignifiante qui soit » - eut-il encore le temps de se dire avant de sombrer dans l’inconscience.

(j'ai moi aussi atteint la limite autorisée... drunken )

Une suite est possible mais pas certaine, d'une part ça impliquerait un changement du narrateur et j'ai d'autres projets en cours, d'autre part si c'est trop long ça ne rentrera pas dans le LA. scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les griffes de glace   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les griffes de glace
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Glace menthe chocolat sans sorbetière !!
» sous la glace de l'Antarctique, depuis la nuit des temps!
» Cornet de glace
» Glace à la fraises photo avec sorbetière
» glace laterale rosalie 8 A NH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Création pour Warhammer Battle :: Livre d'Armée Trolls :: Art Troll-
Sauter vers: